Caracteristiques generales

Pour bien choisir son scanner, il faut être vigilant sur six points fondamentaux qui définissent la performance de ce dernier. En effet, comme évoqué plus haut, chaque type de scanner possède des particularités spécifiques qui permettent de le différencier des autres. Nous allons donc balayer ces caractéristiques globales :

• Les caractéristiques physiques

Ce sont les caractéristiques liées au fonctionnement du scanner - consommation électrique (exprimée en Watt) - son encombrement spatial (dimensions) - le format des documents (grandeur maximale des feuilles que le numériseur peut accepter) - son poids - niveau sonore en fonctionnement (un scanner peut s'avérer être très bruyant) - les accessoires : les pilotes et le manuel d'utilisation sont habituellement fournis, mais il faut s'assurer que les câbles de raccordement le sont également ou, dans le cas contraire, les acheter à part.

• La vitesse de numérisation C’est la vitesse à laquelle le scanner travaille. Elle s’exprime en pages par minute (PPM) pour un scanner à défilement et en secondes par page (SPP) pour un scanner à plat. La vitesse dépend notamment de la puissance du numériseur, du format du document de la résolution choisie. (plus celle-ci est élevée, plus la durée de la numérisation sera longue, et inversement lorsqu'on la diminue.)

• Le mode de numérisation L’ensemble des fonctionnalités de paramétrage que propose le scanner. Elles sont accessibles depuis le logiciel de numérisation et peuvent aller mode noir et blanc / mode couleur / modes de niveaux de gris. rehausser l’information tout en supprimant le fond du document : acquisition en niveau de gris et binarisation de l’image. la suppression des pages blanches la détection du format la détection des documents couleurs reconnaissance des caractères

La résolution

Il s’agit simplement de la précision dont le scanner est capable. Celle-ci se mesure en points par pouce (PPP) ou «dot per inch» (DPI).

Résolution optique : représente la précision réelle du scanner
Résolution interpolée : un calcul entre les points réellement acquis par le système. Technique consistant à définir des pixels intermédiaires entre des pixels réels, en calculant la moyenne des couleurs des pixels avoisinants. Bons résultats, résolution optique au moins 3600 dpi (2400 min et jusqu'à 9600 max)

La profondeur de couleurs

Exprimée en bits, elle correspond au total de nuances de couleurs que le scanner est capable de distinguer. La profondeur de couleur est ainsi le nombre de bits utilisés pour définir la couleur que peut prendre un pixel.
Si celle-ci est de 1, l'image est en noir (0) / blanc (1).
Avec une profondeur de 2, les couleurs sont codées sur deux bits chacune noir (00) / gris foncé (01) / gris clair (10) / blanc (11).
n = 2p.
Les scanners actuels gèrent des profondeurs de couleurs de 24, 36 ou 48 bits soit au maximum 281,5 trillons de couleurs. L’œil humain est capable de discerner environ 2 millions de couleurs, une profondeur de couleur de 48 bits est réellement indispensable ?

La connectique

Les connexions les plus courantes permettant de relier le scanner à l’ordinateur sont l’USB le Bluetooth le Wi-Fi.
Certains scanners professionnels, peuvent être branchés en réseau.
D'anciennes connexions de type série et parallèle (lents par nature) ont totalement disparus. Connexion SCSI :interface de prédilection pour le scanner à la fin des années 90 est également en voie de disparition au profit Connexion USB 2.0 (interface standard présente sur la totalité des ordinateurs récents, et qui est conseillée si l'ordinateur ne possède pas de connexion Firewire) Firewire : interface idéale actuelle, car son débit est particulièrement adapté à ce type de périphériques

Beaucoup de paramètres sont donc à prendre en compte dans le choix d'un scanner. On va maintenant détailler les différents modes de fonctionnement, avantages/inconvénients dans l'utilité de 5 types de scanners.